Il s’agit d’une de ces bornes qui délimitent l’avance extrême des armées allemandes en 1918. Celle qui nous intéresse a été installée et réalisée sous l’égide du Touring club de France. Elle avait été dès l'origine offerte par le Portugal lors de la souscription par le TCF. Elle est située sur la commune de Montbernenchon ( Pas-de-Calais ) tout près du canal de l’Aire à La Bassée, au point où se trouvait le pont-levis en bois nommé « Pont-Supply ».

pont_supply1

Madame Zénobie était la pontière de cet ouvrage. Que d’histoire de bateliers elle pourrait nous raconter ( le batelier promène... sa maison naine... sur les canaux... ). Elle y exercera cette activité bien avant 1914 et jusqu’en 1937. Voici Madame Zénobie, la pontière, qui nous fait un signe de la main :

madame_zenobie1

Ce pont Supply était nommé par les troupes anglaises « Chelsea Bridge ». Ainsi en ce lieu, ce sont essentiellement des Anglais et des Portugais dont on garde le souvenir en 14-18.

C’est pourquoi cette borne fut ici érigée.

A la suite de Madame Zénobie, ce fut donc son gendre Monsieur Da Silva (le soldat portugais qui avait épousé sa fille) qui devint pontier mais au tout début de juin 1940, le pont fut détruit par les Anglais afin de freiner l’offensive allemande de 1940.

C’est justement dans ces moments qu’apparaît la division SS Totenkopf qui combattait en ces lieux. Elle était appuyée par des chars. Cette division combattait contre des arrière-gardes britanniques qui tenaient la poche de Dunkerque. Un chef de char trouvant la borne peu à son goût fit tirer au canon sur la borne qui se réduisit en un tas de débris qu’il fit pousser au fossé. Ceux-ci ont bien failli être oubliés et considérés comme gravats.

En 1968, un homme, Jo, le gendre de Monsieur Da Silva qui avait épousé sa fille Raymonde, profita du passage d’un engin de chantier pour relever les débris de cette borne et les déposer dans sa propriété.

01_montbernenchon_borne_bis1

Sa maison est à environ 100 mètres de l’emplacement originel de la borne, en se rapprochant du canal. Avec ferveur, il fit restaurer la borne par un tailleur de pierre local qui la reconstitua et la réinstalla sur un petit bout de sa propriété, en bordure de la route perpendiculaire au canal.

Et en 1984, la borne fur inaugurée pour la seconde fois dans les formes voulues, en présence du consul du Portugal et de personnalités de la région.

Cette borne est actuellement sous la protection de personnes exemplaires, elle est très bien entretenue, dans un écrin de verdure et de fleurs. Les habitants environnants connaissent cette histoire et y pensent chaque jour en passant devant elle.

Si vous passez par là, Jo, est toujours vaillant, il aura toujours la joie au cœur si vous vous arrêtez et lui manifestez quelque intérêt pour cette borne. Raymonde, son épouse, est localement représentante du Souvenir français.

borne_jo_raymonde2