Voici comment fut relatée le 22 octobre 1914 la disparition de Gaston Lane :

Gaston LANE, le footballeur célèbre entre tous, capitaine de l’équipe de rugby du Racing Club qui plusieurs fois eût l’honneur de commander l’équipe de France dans les compétitions internationales est mort.

L’homme qui était partout où il fallait, au moment où il le fallait, déclenchant l’attaque et servant ses équipiers avec une maîtrise sans égale, c’était le pivot de la partie. Joueur impeccable, connaissant toutes les finesses du jeu, il valait non seulement par ses qualités athlétiques mais encore par son inlassable énergie. Aux minutes de défaillance, LANE était là pour racheter la faute, pour sauver l’équipe d’une situation périlleuse. On le voyait, surgir tout à coup, alors qu’on n’espérait plus et - le frisson d’angoisse passé - on s’étonnait presque d’avoir tressailli tant on aurait dû s’attendre à cette intervention décisive du fameux trois quart.

On l’avait oublié, presque : sur le terrain de football comme dans la vie, LANE était avant tout un modeste. « Sporting » s’honore de l’avoir compté au nombre de ses collaborateurs.

En lui nous regrettons le joueur fameux, le technicien avisé, mais par dessus tout l’ami parfait.

                             lane_gaston_blog                                             lane_gaston

Le soldat de 1re classe Gaston Lane, du 346e RI. est mort le 22 ou 23 septembre 1914 à Lironville (Meurthe-et-Moselle).