mardi 19 juillet 2005

Le Retour

Lorsque j’étais enfant, les réunions de famille ne se terminaient pas toujours sereinement. Mon grand-père maternel était un grand mutilé et cela se voyait... A la fin du repas, après les compliments, poésies ou chansons dits ou chantés par les enfants, immanquablement, grand-père était sollicité... Il se levait, s’appuyant au rebord de la table, et déclamait le poème que je vous livre. Ce poème il le connaissait par cœur. Blessé crânien, il avait été amené à l’apprendre et à le réciter au Casino de Paris, probablement... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]