Paru sous ce titre dans le démocrate savoisien n° 855 du samedi 20 mars 1915. Le mercantilisme sévit.

Le Préfet de la Savoie à Messieurs les Maires du département.

M. le Ministre de l’Intérieur m’adresse la circulaire suivante :

Paris, le 9 mars 1915.

II m’est signalé que les municipalités sont fréquemment et avec insistance sollicitées par des éditeurs- de publications ( livres d’or, etc. ), par des photographes, des entrepreneurs de pompes funèbres ou d’autres commerçants, en vue d’obtenir communication de pièces officielles constatant les décès survenus aux armées ou dans des formations sanitaires et qui sont adressées aux Maires pour être notifiées aux familles.

J’estime qu’on ne saurait se montrer trop réservé à l’égard de pareilles demandes. Les accueillir serait trop souvent exposer les familles qui viennent d’être si douloureusement éprouvées à des sollicitations importunes et qu’il convient de leur éviter.

Aussi, d'accord avec M. le Ministre de la guerre, je vous prie de mettre en garde les municipalités contre toutes démarches qui ne seraient motivées que par le seul désir de tirer un profit pécuniaire des renseignements obtenus. Je ne doute pas que, prévenus par vous, elles ne se fassent un devoir de repousser toutes les demandes qui présenteraient ce caractère.

Pour le Ministre de l’Intérieur :

Le Chef de Cabinet,

Signé : J. LEYMARIE.

Je vous prie de vouloir bien vous conformer à ces instructions.

Le Préfet, P. GENEBRIER.