Encloses de sapins, aux flancs de nos vallons,

Sur les monts dénudés s’abritent nécropoles...

Longues files de croix blanches sur sable blond,

Silencieux tombeaux, impassibles symboles !

L’œil cherche et lit des noms, il ne les retient pas ;

Frères de l’Inconnu, confondus en sa gloire,

Pour les siècles ils sont : l’Héroïque Soldat,

Minuscule de sang des pages de l’Histoire,

Semence qu’on enfouit aux entrailles du sol,

Force obscure qui vit, ferment de la Patrie...

C’est l’âme du Drapeau qui flotte et prend envol,

Monte jusqu’au grand Ciel émouvante et meurtrie !

Alsace, ô cher pays et le Fruit de leur Sang,

Ils sont tombés pour Toi, rejoignant tous les Autres

Au sépulcral séjour, tes vieux reconnaissants,

Flambeaux du souvenir : les Martyrs, les Apôtres !

Dans la paix de nos soirs, le soleil les atteint,

Met de l’or aux bras blancs, du triomphe aux croix roses !

Le Murmure du Vent porte dans le lointain

La Voix de ce Passé, de ces Morts qui reposent !

Marthe HAMEL.