En volant par monts et par vaux

J’ai traversé les Vosges bleues

Avec les bottes de sept lieues

De mon spad aux deux cents chevaux.

L’horizon que leur profil cerne

Nous avons passé par-dessus.

Les vents lorrains nous ont reçus

Au zénith du col de Saverne.

Alors j’ai dit aux nouveaux cieux :

« Soyez indulgents pour mon aile ;

Vaincus, mon aile est fraternelle

Et c’est vous qu’elle aime le mieux. »

J. M. Renaitour, pilote-aviateur, 10 décembre 1918.