Correspondance de Louis Verrier, 39e régiment d’infanterie territorial, 1er bataillon, 4e compagnie, SP. 56.
Adressée à : Madame Fresse-Pelletier, épicière à Neufmoutiers par Tournan, Seine-et-Marne
Mardi 1er juin 1915.
Mes chères petites,
Je
vois que c’est chacune votre tour d’écrire. Hier j’ai reçu une carte et une lettre. Je serai plusieurs jours sans rien recevoir.
Nous voici réinstallés dans nos tranchées par un temps superbe. Cela nous a fait du bien de nous reposer quelques jours.
Au revoir mes chéries, je vous embrasse comme je vous aime.