ri_097_bigourdat_commandant


 

 

bigourdat_commandant_malle_blog

 

 

Portrait du Commandant   Bigourdat

 
 

Malle du Cdt   Bigourdat en Artois

 

Au 97e depuis sa nomination de Capitaine, en 1902, et parti pour le front d’Alsace, le 14 août 1914, le Commandant Bigourdat fut adjoint au Colonel Barbot depuis le 19 août, pendant les quelques semaines où le régiment s’est battu dans les Vosges, jusqu’au 22 septembre, date de sa nomination au grade de Commandant du 2e Bataillon du 97e. Blessé légèrement à la tête et au bras, au combat de Wancourt (2 octobre 14), il n’interrompit pas son commandement, et le Général Barbot lui donna la Légion d’honneur, en même temps qu’au Commandant Huberdeau, le 11 novembre, à Saint-Nicolas-lès-Arras. « Il a été tué glorieusement en ce beau matin de victoire du 9 mai, devant Souchez ». Sa tombe fut d’abord à Cambligneul, d’où il était parti avec ses hommes, la veille de l’attaque.

Mme Bigourdat a pu visiter cette tombe le 9 mai 1916, juste un an après al mort de son mari, alors que le 97e venait de céder la place à des troupes anglaises et avait rejoint la zone des combats de Verdun.

A Marœuil, Madame Bigourdat a rendu visite au seul habitant resté dans le pays, le curé de la paroisse, auquel le Commandant Bigourdat avait souvent servi la messe.

 

Louis-Eugène Barberat, un rescapé, au 97e de 1913 à 1918 était l’ordonnance du commandant Bigourdat, tué le 9 mai 1915. Il tint après guerre le café-épicerie, à Saint-Maurice-de-Rumilly (Haute-Savoie).

   
 

magnicourt_accueil_chamois_1931

 

 
 

Pèlerinage des Chamois à   Magnicourt, les habitants

 

 

PÈLERINAGE-SOUVENIR EN ARTOIS ( 5-7 Septembre 1931 ).

Du 5 au 7 septembre 1931, les Chamois du 97e accomplirent un pèlerinage en Artois et s’attardèrent dans plusieurs de leurs cantonnements de repos. Voici le compte-rendu qui en fut donné à l’époque :

Le premier cantonnement que, le lundi 7 Septembre, nous visitons, est Mareuil, où beaucoup reconnaissent leurs hôtes de 1914-15. Visite de Mont St-Eloy ; dont les gigantesques tours à demi ruinées conservent un caractère singulièrement grandiose. Traversée rapide de Camblain-l’Abbé, Cambligneul, Villers-Châtel, Mingoval, Béthonsart, Frévillers. Arrivée à Magnicourt vers 10 heures.

M. le Maire et son conseil, les A. C., M. le Curé, nous font une réception des plus cordiales.

Visite du cimetière où repose encore l’un des nôtres, Félicien Richard, de la Maurienne, rassemblement à l’église où le M. le Curé, celui qui était là pendant le séjour du régiment, évoque, en termes délicats, d’émouvants souvenirs au centre desquels rayonne l’admirable physionomie de l’abbé Bocqueraz, véritable animateur du 97e et dont les vrais anciens n’oublieront jamais le courage et la bonté.


Il est à noter que Henri VAAST, soldat de la 9e Cie du 97e de 1914 à 1918 était originaire de Magnicourt et il y demeurait après-guerre.