mercredi 30 juin 2010

Sylvestre Martini reçoit la Médaille Militraire et déguste une orange

« Je me souviens seulement d’une chose. Cela a dû se passer le 26 ou le 27 mai [1916]. Je me trouvais sur mon lit d’hôpital encore à demi inconscient, lorsque plusieurs militaires, fortement galonnés, se sont approchés de mon lit, ont prononcé quelques paroles dont je n’ai rien compris et ils m’ont décoré de la médaille militaire. Ces messieurs ont dû se dire qu’il leur fallait se dépêcher de me décorer afin de me procurer une dernière joie avant de disparaître. Je dois avouer que cela m’a laissé totalement indifférent.« Un autre... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 29 juin 2010

Evaluation de l'état sanitaire de l'adjudant Martini

« Après quelques moments de repos on nous a replacés dans une autre ambulance un peu plus confortable – pas beaucoup plus – et nous sommes repartis par une route moins dure parce que pas exposée.« Nous sommes arrivés, à la tombée du jour, à l’Hôpital de campagne de l’armée. C’était toute une série de très grandes tentes en toile. L’installation devait être aussi parfaite que possible pour l’époque.« Aussitôt descendus des ambulances nous avons été pris en charge par des infirmières qui ont commencé par nous faire un peu de toilette... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 28 juin 2010

L'Adjudant Martini du 173e R.I. évacué sur Froidos, y reçoit l'Extrême-Onction

Évacuation des blessés de la cote 304.On se reportera utilement au J.M.O. du Service de santé de la 126e Division « Le matin du 25 mai au lever du jour, j’ai été mis dans une ambulance. Il ne faut pas s’imaginer que cette dernière avait le confort des ambulances modernes. C’était une vieille camionnette de transport de marchandises à laquelle on avait adapté une bâche et quatre brancards, deux de chaque côté. Les routes étaient en fort mauvais état. Le goudronnage était inconnu. Ce qu’on appelait les « nids de poule » étaient fort... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 27 juin 2010

La blessure à la cote 304 et la prise en charge par les brancardiers du 173e

Le château d’Esnes dont les caves servent de Poste de Secours Sylvestre Martini avait 90 ans le 24 avril 1975 quand il écrivit cette lettre à un membre de sa famille :« Je connais ça, le « billard ». Combien de fois m’y a-t-on placé, et combien de fois a-t-on charcuté mes pauvres chairs ? Je ne saurai le dire ! A de nombreuses reprises, sans aucun doute, pendant ma jeunesse et aussi à un âge avancé puisque à ma dernière opération j’avais déjà 75 ans. Je n’ai jamais désespéré ; j’ai toujours été confiant en ma bonne étoile. Je suis... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 25 juin 2010

Sylvestre Marttini, malade, est hospitalisé

Dimanche 11 octobre – Je suis à l’hôpital. Hier j’ai eu 40° de fièvre.Lundi 12 octobre – Hier soir, j’ai eu 38°8. Aujourd’hui je suis descendu à 36°9.Mardi 13 octobre. – Je n’ai plus de fièvre. On m’envoie au patronage.Mercredi 14 octobre – On ne m’a pas évacué hier. On m’a purgé aujourd’hui et on m’évacuera demain à la salle de patronage.Jeudi 15 octobre – On ne m’a pas évacué encore. Il y a danger pour moi à rester dans cette salle où il n’y a que des typhiques.Vendredi 16 octobre – On m’a enfin transféré au patronage. Ici, c’est... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 24 juin 2010

Région de Esnes du 8 au 10 octobre 1914 avec le 173e

Jeudi 8 octobre 1914Nous avons passé une très bonne nuit à Esnes, pas froid du tout, par contre on n’avait pas chaud ce matin dans les tranchées ; un vent très froid nous gelait ; le soleil s’est levé mais qu’il est pâle ! et peu réchauffant !Même tranquillité qu’hier. Une vive fusillade avec mitrailleuse à notre droite dans la matinée sans doute une attaque allemande sur nos positions.Vendredi 9 octobre 1914Notre compagnie a creusé, hier soir, des tranchées jusque vers 10 heures. Nous avons ensuite occupé les tranchées déjà faites.... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 23 juin 2010

Esnes, Montzéville, arrivée de 600 Corses, 4 au 7 octobre 1914

Dimanche 4 octobre 1914Sommes cantonnés. Rien de nouveau. 600 Corses sont arrivés. Ce sont pour la plupart des jeunes engagés, appelés, etc. J’ai retrouvé quelques camarades.Lundi 5 octobre 1914Dans la matinée nous creusons des tranchées près d’Esnes. Nous rentrons à midi. Après déjeuner – au cantonnement.Mardi 6 octobre 1914Journée passée au cantonnement à Montzéville. Voilà trois jours que nous ne bougeons pas : c’est une veine.Mercredi 7 octobre 1914Nous avons quitté Montzéville hier soir à 5 heures pour aller cantonner à Esnes –... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 22 juin 2010

Du 28 septembre au 3 octobre 1914

Lundi 28 septembreNous occupons nos tranchées et nous entendons la canonnade qui fait fureur en avant de nous.Vers 10 heures, on nous fait repartir en arrière sur un plateau où l’on nous fait creuser des tranchées. Plusieurs aéroplanes français survolent nos positions. Vers 5 heures nous apercevons au-dessus des lignes prussiennes un aéroplane français sur lequel l’artillerie allemande tire. Il peut se sauver.Mardi 29 septembreNous continuons les tranchées commencées hier. Vers trois heures nous rentrons au cantonnement. On nous dit... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 21 juin 2010

25, 26 et 27 septembre 1914 - Déplacements.

Vendredi 25 septembreNous avons passé la matinée à Montzéville sans être inquiétés. Vers 2 h de l’après-midi nous partons, pour creuser des tranchées, dit-on. Arrivés sur les lieux, il y a contr’ ordre, nous nous reportons à 500 m plus en arrière ; nous traversons un champ où nous avons de l’eau jusqu’à mi-jambe. Un aéroplane nous survole : c’est un français.Le fourrier porte un ordre nous disant de nous mettre à la disposition du colonel Valdan, commandant le 55e, et nous partons. Nous nous arrêtons à Esnes. Ma compagnie est chargée... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 juin 2010

Dure journée du 24 Septembre pour le 173e R.I.

Jeudi 24 Septembre 1914On ne nous a pas relevés. Rien à signaler jusque vers 9 heures du matin, heure à laquelle on nous a fait partir ; on bat en retraite, disait-on ; en effet, nous nous dirigeons d’abord vers le sud, mais aussitôt après nous reprenons la direction du nord qui nous rapprochait de l’ennemi. Ma compagnie se dirige vers les avant-postes et on nous fait coucher sur l’herbe, sur le flanc d’une butte de terre, il pouvait être 3 heures du matin. Une demi-heure après on s’aperçoit tout de même qu’il fallait nous abriter... [Lire la suite]
Posté par le chamois à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]