Henri-Joseph BOCHET, classe 1899, matricule 1009 au recrutement de Chambéry.

Il est né le 31 janvier 1879 à Hauteluce, canton de Beaufort (Savoie).

Il est le fils de Jacques et de BRAISAZ Jeanne Aimée domiciliés à Hauteluce. Sa mère était décédée lors du conseil de révision.

Il est cultivateur, résidant à Hauteluce.

Il est incorporé au 96e régiment d'infanterie à Lyon, arrive au corps et est soldat de 2e classe le 16 novembre 1900.

Il passe au 19e escadron du train le 1er octobre 1900 (décision du gouverneur militaire de Paris du 28 septembre 1901).

Envoyé en congé le 19 septembre 1903, en attendant son passage dans la réserve de l'armée active. Certificat de bonne conduite : "Accordé".

Rappelé à l'activité par la mobilisation générale au 108e régiment territorial d'infanterie, arrivé au corps le 3 août 1914.

Passé au 110e Régiment territorial d'infanterie à Romans le 14 septembre 1914. En fait il a immédiatement été affecté au 75e régiment d'infanterie actif (dépôt à Romans).

Décédé le 31 octobre 1914 sur le champ de bataille à Lihons (Somme).

J. O. du 14 août 1920, page 11929, médaille militaire et croix de guerre étoile de bronze à titre posthume : "Bon soldat tué à son poste de combat le 31 octobre 1914 à Lihons (Somme).

ri_075_bochet_henri_citation_posthume_200814

Campagne contre l'Allemagne du 3 août au 31 octobre 1914.

Résidences civiles successives :

16 novembre 1903 : 76, place des Etats-Unis à Paris (XVIe).

24 février 1904 : 17, place Vendôme à Paris (Ier)

25 juin 1905 : 27, av. de Friedland à Paris (8e).

15 décembre 1913 : 7, rue Chateaubriand à Paris (8e).

La mention du versement d'un secours à sa veuve nous renseigne sur le fait qu'il était marié.

Extrait du journal "La Croix de Savoie" du 20 juin 1915 :

Hauteluce

Morts au champ d’honneur. — La femme de Joseph Henri Bochet, fils de Jacques, soldat au 108e territorial, a été officiellement avertie que son mari avait été tué, à Lihons, dans la Somme, le 1er novembre dernier. Il est bien regrettable que cette douloureuse nouvelle ait mis sept mois pour parvenir à la jeune veuve.

Sépulture

Rancourt (Somme). — Henri BOCHET, mort pour la France, est inhumé comme soldat du 75e régiment d'infanterie dans la nécropole nationale de Rancourt, tombe 5086.

ri_075_bochet_henri_rancourt_150723