d_vieille_croix_du_linge1

Lorsqu’en 1915 la bataille faisait rage sur ces sommets, les tombes bientôt se pressèrent nombreuses au Col du Wettstein. Dans un geste pieux, le Lieutenant BOISSON, du 11e B. C. A., avisant deux troncs de sapins couchés par un obus, les fit assembler en une croix qu’il planta parmi les tombes, la consolidant à la base par une pyramide de pierre. Cette croix, la « Croix du Linge », se dressait encore en 1938. Mais tant de durs hivers en ont eu raison ! Rongée par les intempéries, elle a cédé et a fini par se désagréger, comme les fragiles dépouilles sur lesquelles elle veillait.
Les « Diables Bleus de Colmar », gardiens des Traditions, se devaient de la relever. Ils ont senti impérieusement que dans ce cimetière qui de tout temps fut appelé le « Cimetière des Chasseurs », c’était à eux, anciens Chasseurs, qu’incombait ce devoir.
Il fut décidé d’ériger sur l’emplacement même de l’ancienne croix de troncs d’arbres, une grande croix en granit des Vosges, avec un alpin gisant, en bronze. Les frais en seraient couverts par voie de souscription publique.
Dès que connu, ce projet a reçu l’appui sans réserves des Chefs éminents qui ont commandé au Linge durant l’horrible tourmente, celui de la Fédération Nationale des Anciens Chasseurs à pied, alpins et cyclistes, ainsi que celui de la Municipalité, de « l’Union Nationale des Combattants » et des « Diables Bleus » d’Orbey, dont la population a voué aux morts du Linge un culte particulier.
Aujourd’hui que la « Croix du Linge », reconstruite, étend à nouveau ses bras tutélaires au-dessus de nos glorieux morts, nous tenons à dire toute notre gratitude à tous ceux qui, à un degré quelconque, ont concouru à sa réalisation.